L'Ascalaphe

Guy Mombel

Deux mois par an, Guy est safranier (producteur de safran).  Le reste de l'année, il est potier-céramiste. Ses créations sont colorées, pratiques et deviennent vite indispensables. 

Voir tous ses produits



Issu d'une famille d'artisans ( ébéniste, couturière et chocolatier-confiseur ), je façonne l'argile depuis mon plus jeune âge et je me suis toujours senti potier. Mais ce n'est qu'après l'obtention d'un CAP de tournage en 2007 que j'ai créé mon atelier de terres vernissées au coeur du Verdon.




J'utilise de l'argile rouge en provenance d'Aubagne.


Après réalisé les pièces par tournage, modelage ou estampage sur des moules de plâtre de ma fabrication, je les recouvre d'une fine couche d'argile blanche liquide (engobage).
Pour la décoration, mon travail s'inspire de la technique ancestrale du décor gravé au clou sur engobe qui laisse apparaître la couleur de l'argile sous-jacente. 


Fabrication d'un repose-cuillère:


(cliquez sur les photos pour les agrandir)








J'estampe une galette d'argile sur un moule de plâtre de ma fabrication.




Après démoulage, je forme l'échancrure.





J'engobe.




Je décore au clou.



Engobage d'un repose-sachet de thé.


L'engobe blanc que j'utilise est une argile blanche, de la terre de Bresse (Ain).
Toutes mes pièces vernissées sont recouvertes d'un émail alimentaire.



La faune et la flore locales ainsi que le dessin naïf sont mes sources d'inspiration principales. 







Ici, c'est le coin séchoir où j'entrepose les pièces nouvellement fabriquées et celles que je viens d'engober.







Mise en couleur des motifs. A l'aide d'un pinceau, je recouvre de jus d'oxyde l'anse et la lèvre d'un entonnoir à confiture. 


Ces poudres d'oxydes diluées à l'eau, initialement noires, révèleront leur couleur définitives après la cuisson : vert pour le cuivre et bleu pour le cobalt.






Cuisson de la poterie


Une fois décorées, les pièces encore crues sont superposées à l'intérieur du four pour une première cuisson de 10 heures jusqu'à 1020°. Après refroidissement, défournement et émaillage  elles seront réenfournées pour une seconde cuisson de 8 heures, également à 1020°.



Fabrication d'un numéro de façade:









A l'aide d"un couteau et d'un gabarit en bois, je procède au découpage des plaques pour les futurs numéros.



Je les signe en imprimant mes initiales au dos (et non, ce n'est pas un 4, c'est un G !) à l'aide d'un tampon de terre cuite.



Puis je les engobe et les peins à la main. Ici, elles sont prêtes pour la première cuisson.



Ce qui me plaît dans ce métier, c'est le contact et le façonnage d'une matière noble, une certaine liberté dans la création et l'émotion du résultat final après la double épreuve du feu.